MALADIES CRYPTOGAMIQUES

MILDIOU (plasmopara viticola)

Apparu en France il y a une centaine d’années. Maladie causée par un champignon microscopique caractérisée par l’apparition sur les feuilles d’un duvet grisâtre. Il entraîne une chute prématurée des feuilles qui conduit à un mauvais aoûtement des bois, ce qui compromet la récolte future.

Traitement : Favoriser l’écoulement des eaux de ruissellement.
Supprimer les sarments et les rameaux bas pour éviter tout contact avec le sol. Brûler les feuilles mortes en hiver ou en saison les feuilles trop atteintes.
Traiter toutes les souches avec de la bouillie bordelaise épaisse. Ne pas traiter pendant la floraison.
Traiter régulièrement avec du mancozèbe ou du dichlofluanide.

MILLERANDAGE

Maladie causée qui se manifeste au moment de la floraison et se concrétise par un amaigrissement des grains de raisin ou par leur insuffisance sur les grappes.

Traitement : Protéger les pieds contre les froids printaniers, planter en espalier dans les situations privilégiées.

BLACK ROT (Guignardia bidwellii)

Originaire d’Amérique, il est apparu vers 1855 dans le vignoble méridional. Maladie cryptogamique caractérisée par des taches sur les grappes et les feuilles, qui se développe grâce à l’humidité ambiante.

Traitement : Supprimer et brûler les feuilles atteintes. Traiter avec du myclobutanil ou du mancozèbe dès les premiers symptômes.

BOTRYTIS CINEREA

1. Pourriture grise. Cryptogamme (champignon) qui attaque les pellicules des baies et en détruit la couleur. Les raisins moisissent et se ratatinent.

2. Pourriture noble. Le même champignon peut avoir des effets extrêmement bénéfiques pour certains types de vins liquoreux. L’ archétype en est évidemment le Sauternes, où la pourriture noble, associée à un microclimat caractéristique et des conditions climatiques idéales où l’humidité s’associe à une chaleur relative fait des merveilles. Dans ce cas le champignon provoque en réalité une véritable concentration des sucs du raisin (glycérine), lui faisant perdre son eau.

Traitement : Traiter avec du dichlofluanide.

OIDÏUM (Uncinula necator)

A été introduit en Europe vers 1845. Parasite cryptogamique de la vigne, formant aussi un feutrage blanchâtre. Il déforme les feuilles et attaque les pousses.

Traitement : Traiter avec du soufre ou de la triforine.

MALADIES BACTÉRIENNES

NÉCROSE BACTÉRIENNE (maladie d’Oléron)

La maladie est causée par une bactérie nommée joliment Xanthomonas ampélina, elle s’attaque aux sarments, aux feuilles et aux grappes, amenant une destruction partielle de la végétation. Après plusieurs années les ceps, les jeunes pousses, les feuilles et les grappes se nécrosent et meurent.

BROUSIN (galle du Collet)

Dû à une bactérie assez banale, il provoque des lésions profondes sur de vieux bois.

MALADIES A MYCOPLASMES ET A VIRUS

DÉGÉNÉRESCENCE INFECTIEUSE (COURT-NOUE)

Infection virale, avec importante ramification et mauvais aoûtement, ainsi que perte de rendement.