On sait qu’en 1244 les ancêtres des comtes de Mareste sont déjà établis dans ce secteur et qu’ils encouragèrent la culture de la vigne.
Le regain viticole date des années 1960 et depuis une dizaine d’années les vignerons ont fait beaucoup d’efforts pour améliorer la qualité de leur production.

Cette région située sur le versant ouest de la montagne du Chat est en quelque sorte le prolongement savoyard du vignoble du Bugey. L’assise géologique est très variable : allant de calcaires marneux dans les environs d’Aimavigne et de Jongieux, à des dépôts glaciaires plus ou moins argileux de la région de St-Jean-de-Chevelu et des éboulis calcaires du Jurassique pour les territoires qui abritent les A.O.C. Marestel et Monthoux.

L’altitude du vignoble varie entre 250 et 650 mètres. Malgré la barrière formée par la montagne du Chat haute de 1150 mètres, la vigne jouit ici d’un microclimat généré par le lac du Bourget qui joue un rôle modérateur en adoucissant les rigueurs de l’hiver et en rafraîchissant les chaleurs estivales. Selon le vallonnement l’exposition va de sud-ouest à nord-est.
On notera au passage que s’il existe dans nos Savoie des vignobles pentus, celui de Monthoux est véritablement “le vignoble de l’escalade” avec des pentes de plus de 40%.